Casanova mythe realite et cinema


Voici un article récapitulatif que j’ai écrit en juillet 2005. Je parlerai du Casanova de Fellini, Comencini et Monicelli plus en détail dans un prochain article.

Les gens découvrent Casanova à travers son mythe qu’il soit véhiculé par la culture populaire ou le cinéma et relativement très peu ont lu ses mémoires. Après Monicelli, Comencini et Fellini, le réalisateur Lasse Hallström (Le Chocolat) nous livre une version savoureuse, légère et drôle du mythe Casanova. Bien sûr j’aurais préféré plus de charisme et d’origine italienne pour interpréter ce fameux séducteur vénitien et moins de scènes ‘cup of tea’. Reste que les acteurs jouent bien, le scénario et les dialogues sont bon, une très belle musique baroque et des décors intérieurs somptueux.  Les plans extérieurs ont été tourné à Venise même, on y voit entre autre la magnifique place St Mart avec le Palais du Doge.
Tournage de Casanova et critique du film Casanova
L’humour et le comique sont présent tout au long d’un récit plaisant et assez rocambolesque.

Suite au film qui m’a plu, je commence à faire des recherches sur le personnage historique. Je découvre que Giacomo Casanova 1725-1798 a rédigé en français ses mémoires de 1789 à sa mort sous le titre original « Histoire de ma vie ». Le texte original dans sa saveur avec ces italianismes et sa verdeur ne fut publié qu’en 1960-62 avec l’édition Brockhaus-Plon. Avant le lecteur pouvez lire « Mémoires de Jacques Casanova De Seingalt » une version légerement édulcorée et remanié en français par Jean Laforge en 1828. Le nombre d’ouvrages qui lui sont dédié ou à son mythe est assez considérable. Durant cette recherche, je découvre un personnage plus intéressant et plus riche que le mythe populaire du séducteur que nous connaissons. En plus de sa légendaire réputation de séducteur, ce fut un ecclésiastique, un militaire, un aventurier qui traverse l’Europe, un magicien, un entrepreneur…  Pendant son second séjour à Paris, il obtient l’agrément de financiers comme Pâris Duverney et de mathématiciens comme d’Alembert, pour faire ouvrir des bureaux de loterie ; c’est l’origine de la Loterie royale.  Il fut emprisonné 2 ans a la prison des Plombs et réussit l’exploit de s’en évader.

Pour juger un homme, il faut examiner sa conduite quand il est sain et libre : malade ou en prison, il n’est plus le même. Casanova

Les historiens le suspectent d’être franc-maçon? et d’avoir été espion à la solde de plusieurs gouvernements. Il rencontre des personnalités comme Voltaire et lui dit qu’il écrira quand il sera devenu vieux.  Il dépense sans compter et termine sa vie bibliothécaire chez un riche franc-maçon. A la fin de sa vie, pour combattre l’ennui et revivre ses aventures, il rédigera à raison de 10h/jour son autobiographie qui compte plus de 4000 pages !!

Impossible à résumer tout ceci dans un film d’1h30 voir même 3h. Je ne vois qu’une serie TV pour retracer correctement cette vie. D’ailleurs il existe une petite serie anglaise de 6 épisodes de 50 min réalisé en 1971.

Le réalisateur Hallström utilise le mythe mais avec une histoire complètement originale qui a très peu de point commun avec la réalité`: le cadre vénitien, son libertinage et ses parents comédiens. Son acteur (et son jeu) a des traits physiques, intellectuels, psychologiques assez différents du personnage réel. Un bel acteur ça évite au scénariste de trop transpirer pour écrire des dialogues spirituels et romantiques.

Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité. citation d’un contemporain de Casanova

J’ai trouvé une seule scène ‘spirituelle’. Quand Casanova veut offrir un petit cochon à sa future conquête. La servante lui dit que les cochons ne sont pas autorisés à entrer et qu’elle prendra juste … l’animal.

Dans le film, un conseil de Casanova a un jeune amoureux timide: Ne soyez pas le papillon mais la flamme

Une comédie romantique légère qui ne fait qu’effleurer le sujet mais qui donne le goût de connaitre la réalité et le personnage historique. Un peu comme un bon hors-d’œuvre qui nous met en appétit avant le plat principal.

BIOGRAPHIE : Giacomo Casanova (wikipedia)

Mon cher Casanova : lettres d’amour de Manon Balletti

MEMOIRES :

Histoire de ma vie
Coffret 3 volumes (environ 4100pages, Francis Lacassin 1993 ed.Robert Laffont). La meilleure édition semble t’il qui se base sur l’ed.Brockhaus-Plon

On se lasse un peu au fil des péripéties qui tiennent parfois du catalogue de conquètes d’un Don Juan de l’opéra éponyme de Mozart, mais certains passages sont passionnants (l’évasion des Plombs à Venise, les séjours à Paris) et la description qu’il fait de son époque reste un document historique de première importance – un lecteur.

meilleurs extraits de l’ed.Brockhaus-Plon (375pages) Jean-Michel Gardain 1986 ed.Gallimard pour ceux qui n’ont pas le temps ou la patience de lire 4000 pages mais veulent paraitre cultivé. 😉

plusieurs citations sur wikiquote et un résumé sur wikipedia.

Mémoires de Casanova de Seingalt – tome 1744-1756 (basé sur l’ed.corrigé de Laforge, 657p 1977 ed.Garnier/Flammarion)
je le cite car c’est le livre que j’ai emprunté à la bibliothèque municipale de mon quartier. J’ai deja presque lu la moitié en qq jours. Le style est assez naturel, presque moderne, avec suffisamment d’esprit et d’humour pour rendre ma lecture très plaisante malgré parfois des passages un peu long et verbeux. Je le définirai comme un homme de lettres chrétien, penseur libertin et bien sûr amateur de bonne chaire qui semble devenir plus raisonable et épicurien à la fin de sa vie en analysant ses excès de jeunesse.

Ses mémoires semblent assez honnête. N’oublions pas qu’il lisait les philosophes et qu’il connaissait entre autres Pierre Charron dont il mentione le titre de son livre De la sagesse et sans doute Les Essais de Michel de Montaigne. Le mensonge se situe plutôt par les omissions, les silences, son rôle d’espion etc…

FILMOGRAPHIE :

Concernant la filmographie, elle est énorme (IMDb). Entre films et téléfilms ça donne environ 65 titres avec le mot Casanova mais tous ne sont pas une adaptation des Mémoires. Certaines sont très librement inspiré du mythe comme le Casanova de Hallström. Sous cet angle le film est médiocre mais ça reste une comédie romantique agréable et avec des décors et vues magnifiques de Venise.

Il Casanova di Federico Fellini 1976

Casanova, un adolescent à Venise de Luigi Comencini 1969

Casanova ’70 de Mario Monicelli 1965

une analyse détaillée (7 pages) et intéressante par Gilles VISY sur l’interprétation des cinéastes mais qui semble mal connaitre le philosophe Epicure et Giacomo Casanova à travers ses mémoires que je découvre.
Casanova de Comencini A Fellini

Casanova pensait qu’il était philosophe car sa doctrine morale faisait du plaisir un principe de vie. Cherchant le maximum de satisfactions par le minimum d’efforts, le Vénitien se reposait sur ses acquis physiques et culturels pour séduire toutes les femmes. Son secret repose sur la sincérité du désir et sur l’exaltation d’une nature passionnée constituée de pulsions instantanées et irrépressibles. Son tempérament sanguin le rendit très sensible : « aux attraits de toute volupté, toujours joyeux, et empresser de passer d’une jouissance à l’autre, et ingénieux à en inventer. » (4) Bien que la réalisation de Comencini évoque une enfance repliée et timide, victime de l’absence d’une éducation maternelle, le Vénitien commence sa vie d’adulte à la fin du film en abandonnant la prêtrise et en couchant avec deux femmes en même temps. (5) Il cherchait déjà à se consoler dans leurs bras de son incapacité à aimer et à construire une vie avec la comtesse Angela. Le protagoniste restait hédoniste pour la femme mais il ne l’était certainement pas pour une femme. Casanova nous dévoile implicitement ce plaisir indéfiniment reconduit : « La pensée de me fixer quelque part m’a toujours paru complètement contre nature. » (6) L’aventurier recherche la pluralité de la femme dans ses joyeuses culbutes et rendre une seule femme heureuse relève de l’impossible. Cette philosophie de la jouissance n’est donc pas concevable sans égoïsme. Atteint de nombrilisme, l’épicurien devient insensible à la socialisation : « celui qui veut vivre avec passion pour lui-même doit logiquement être indifférent au destin de tous les hommes. » (7) Le film de Fellini poétise les tumultes amoureux du fervent chevalier de Seingalt, mais le sexe et tous ses cortèges de désirs relèvent plus de l’acrobatie que de la sensualité. Le gymnaste schizophrène pratique le coït mécanique si l’on songe à l’oiseau automate qui se dresse en battant des ailes.

(A noter une vision biaisée de l’auteur sur Epicure et l’hédonisme. Je vous conseille d’écouter les conférences du philosophe Michel Onfray sur le Génie De l’hédonisme) En résumé, Fellini nous livre une interprétation critique qui le caricature un peu comme l’inquisition chrétienne. Plutôt dégouté du film, ça ne m’avait pas donné le goût à l’époque d’en connaître davantage sur le personnage. Ironie, j’ai du attendre la version américaine (2005) pour m’y intéresser de près.

Magazine spécialisé: L’Intermédiaire des Casanovistes (Suisse)

Recent Work On Casanova

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s