Amici miei


Amici miei (1975)
VF: Mes chers amis

Réalisateur:  Mario Monicelli
Scénaristes: Leonardo Benvenuti, Piero De Bernardi, Pietro Germi et Tullio Pinelli

Acteurs: Ugo Tognazzi … Lello Mascetti
Gastone Moschin … Rambaldo
Philippe Noiret … Giorgio Perozzi
Duilio Del Prete … Necchi
Milena Vukotic … Alice Mascetti
Adolfo Celi … Professor Sassaroli
Bernard Blier … Righi Niccolò

Synopsis: Quatre amis d’enfance ayant atteint la quarantaine se retrouvent périodiquement pour de folles équipées. Perrozzi est chroniqueur dans un journal, Melandri est architecte, Necchi tient un bar et Mascetti ne fait rien depuis qu’il a dilapidé sa fortune au cours de sa lune de miel prolongée.

note:  10 /10

C’est toujours délicat pour moi d’aborder un grand classique de la comédie italienne. D’une part parce que j’imagine que la majorité de mes lecteurs  l’ont vu et que je ne veux pas les décevoir avec une description et analyse partielle. D’autre part il a été déjà analysé par plusieurs critiques  professionnels et je ne suis qu’un critique et rédacteur amateur. D’un autre côté, ce sont ces films cultes qui sont des sortes de locomotives, une fois qu’on est accroché,  pour donner l’envie de voir d’autres films de la comédie italienne moins connus. Ce préambule explicatif étant fait, je dirais que la comédie italienne m’attire pour son humour parfois corrosif et mordant, pour la musicalité/beauté de  la langue italienne mais aussi et surtout pour cette sorte de fraternité et de synergie amicale qu’on retrouve ici comme thème principal au delà des gags comiques qui parsement tout le récit doux – amer et nostalgique.

Je vous cite une bonne critique d’un fan, Cosmo Vitelli :

En 1975 Mario Monicelli dirige en lieu et place de Pietro Germi (alors très malade…il décédera quelques mois plus tard) un film qui restera comme l’un des chouchous du public transalpin. Sept ans plus tard, il remet le couvert avec une suite tout aussi jubilatoire. Malgré la présence de deux acteurs français prestigieux (Philippe Noiret et Bernard Blier) au casting, et une presse excellente, le film est distribué en France un an plus tard dans un nombre restreint de salles et en plein mois d’août, qui plus est dans une version quelque peu tronquée (la partie « Maffia » avec Blier est expurgée de l’affrontement avec la bande virtuelle des marseillais dans le terrain vague). Le second opus, tourné en 82, connaît à peu de choses près le même sort. Sortie française estivale en 84 et disparition d’une des séquences les plus hilarantes : le pastiche du calvaire du Christ.

Les trois « Mes Chers Amis » (Amici Miei en version originale) suivent une bande de copains de toujours qui, pour fuir un quotidien pesant, s’adonnent à ce qu’ils appellent des « Virées tziganes » : autrement dit, des virées sans destination, où ils pourront s’adonner à des farces de potache et autres coups montés gigantesques.

S’agissant des deux premiers opus, colossal semble l’adjectif adéquat. Succès colossal au box office italien en transgressant bon nombre de directives prônées aujourd’hui pour s’attirer les faveurs du public. D’abord les personnages principaux sont des quinquagénaires, ensuite il n’ y a pas d’histoire d’amour conventionnelle. Si l’on ajoute les affronts multiples à l’égard de ces institutions « vénérables» que sont la famille ou l’église, on obtient un précis de mauvaise conduite cinématographique. Femmes, enfants, handicapés, ainsi que nos héros eux-mêmes, ne sont pas épargnés par la caméra de Monicelli et la plume de ses collaborateurs scénaristes. Le mariage est dépeint comme une institution carcérale, étouffante. La paternité est vécue comme une malédiction. Enfin, nul « MacGuffin » à se mettre sous la dent, aucune énigme à résoudre, aucune personne à sauver des griffes d’un opposant. D’ailleurs y a-t-il d’autres opposants à nos héros que leurs propre famille, leurs proches, etc. ? D’un point de vue dramaturgique, enfin, le récit épouse la forme d’une chronique éclatée où le passé vient tourmenter le présent.

Colossal, l’humour des deux films l’est également. Pour nos cinq quinquagénaires le monde est un terrain de jeu à conquérir. Le langage (avec la fameuse « Supercazzola » que Tognazzi utilise pour enfumer ses interlocuteurs), les objets, les lieux, sont détournés de leurs fonctions primaires. Ils sont réinvestis à des fins ludiques. L’ennemi de nos chers amis c’est le temps et les institutions qui se mettent en travers de leur route. Lorsqu’on a décidé d’entreprendre une virée tzigane il n’ y a pas une seule seconde à perdre. Toute concession (à la famille, à la maîtresse, au travail) est un obstacle posé en travers de la route. Mais, comme souvent chez Monicelli, le désespoir s’invite aux moments les plus inattendus. Le rire se mue alors en grimace voire en pleurs. Derrière les moqueries, les gags colossaux, pointe un sentiment terrible d’impuissance métaphysique. Le rire est le moyen de se soustraire momentanément à l’absurdité de la vie, aux contraintes du quotidien.

Même si les gags de cette bande de copains quadragénaire sont parfois un peu puériles et que ca ne se termine pas toujours bien, on a envie de faire partie de cette bande  d’amis et de participer à une de leur virée.

La version française est intéressante avec Phillipe Noiret, Bernard Blier et Ugo Tognazzi qui parlent en français sans doublage. Délicat dans ce contexte particulier, de dire si la VO plus longue est meilleure que la VF. J’ai vu la VF en premier et je dois dire que j’y suis assez attaché sentimentalement. Je dirai qu’elles sont excellentes toutes les deux avec leurs avantages respectifs.

Ce film culte a connu 2 suites qui ont décru progressivement en qualité et interet. Amici Miei II (1982) réalisé également par Monicelli mérite largement le visionnement même sans la présence de Philippe Noiret. Par contre Amici Miei III (1985) réalisé par Nanni Loy est assez moyen et à réserver plutôt aux fans qui veulent voir la série complète.

Bande annonce en italien (VO)

Court extrait de la version française – une scène comique à la gare.

Je vous signale un  groupe facebook amici miei avec 35.000 fans et un site amateur francais amici miei réalisé par un fan.

3 commentaires sur “Amici miei

  1. è un pò come la trilogia del Vizietto, che insieme a quella di Amici miei ha segnato l’apice del successo commerciale del grande Ugo Tognazzi: solo che mentre Amici miei Atto II si mantiene a un buon livello (anche se non ha l’originalità del capostipite), già Il vizietto II è di molto scadente rispetto al primo (quella trama gialla così improbabile…), mentre Matrimonio con vizietto fa proprio pena… al confronto il mediocre Amici miei atto III pare un capolavoro!
    In quegli anni poi Tognazzi aveva raggiunto anche l’apice del suo successo di critica, con l’assegnazione della Palma d’Oro al Festival di Cannes 1981 per la sua drammatica interpretazione nel film di Bernardo Bertolucci sul terrorismo, La tragedia di un uomo ridicolo: però qui siamo fuori dalla commedia all’italiana (già che ne ami solo una parte, il resto la ripudi), non credo ti possa interessare…

  2. Merci Alessandro pour ton commentaire. Ca peut interesser le lecteur tes disgressions sur les films dramatiques ou politiques italiens.

    Je parlerai sous peu de cette trilogie populaire, Il vizietto, même si je n’ai pas aimé comme toi l’épisode 2 et 3.

  3. Veramente per me buono è solo La cage aux folles, soprattutto per merito della verve degli attori: i due seguiti sono uno peggio dell’altro, e anche il remake americano (The Birdcage) non è granché.
    Ottimo invece per me rimane Amici miei: l’atto II è di buon livello, ma non ha l’originalità del capostipite; mentre il III è davvero mediocre…

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s