Brutti, sporchi e cattivi


Brutti, sporchi e cattivi (1976)

VF: Affreux, sales et méchants

Réalisateur: Ettore Scola
Scénaristes:  Sergio Citti (dialogue), Ruggero Maccari et Ettore Scola
compositeur: Armando Trovaioli

Acteurs:
Nino Manfredi … Giacinto Mazzatella
Maria Bosco … Gaetana
Giselda Castrini … Lisetta
Zoe Incrocci … Mère de Tommasina
Marcella Michelangeli … employée de la poste

Synopsis: Dans un bidonville à Rome, Giacinto règne en tyran sur sa nombreuse famille. Tous acceptent son autorité et sa mauvaise humeur, car le patriarche possède un magot que chacun espère lui voler. Chaque jour, il lui faut trouver de nouvelles cachettes et défendre son bien fusil en main. Lorsqu’il décide d’installer sa concubine dans le baraquement, la révolte gronde…

note: 9 /10

Je continue mon tour d’horizon des classiques du cinéma italien avant d’aborder des bonnes comédies italiennes moins connues et souvent plus difficile à trouver en DVD ou même VHS.

Superbe interprétation de Nino Manfredi qui est l’unique célébrité du film.  Les autres acteurs sont bien dirigés et jouent bien leur rôle. Cette succession de personnages rappel un peu les monstres de Dino Risi mais en plus documentaire ou néo-réaliste (TV reality).

L’humour utilisée est assez varié souvent assez corrosif, noir parfois à la limite du drame mais quelle jubilation de voir cette galerie de portrait haut en couleur et plus vrai que nature. Le rire devient presque une réaction défensive du spectateur pour évacuer ces petites horreurs de la vie de ces pauvres gens qui s’entredéchirent entre eux.

La critique sociale est assez évidente et forte. Le commissaire qui représente un peu l’autorité de cette société est édentée et inefficace à résoudre le problème autrement que par des menaces de prison pour 5 ans.

Mise a jour du 24 juillet :

Vous trouverez sur le net plusieurs critiques de ce classique de la comédie italienne dont celle-ci française avec une analyse assez détaillée et en général plutôt juste.

Ce film, irritant comme du poil à gratter, est un coup de poing à l’estomac, une brique envoyée à la face du pouvoir en place, responsable des bidonvilles. Derrière la « fable », derrière l’histoire de cette famille qui se déchire, on reconnaît la parabole. Et le message suivant, adressé à la bourgeoisie : ils sont affreux, sales et méchants, et c’est de votre faute.

Très controversé à sa sortie malgré son Prix de la Mise en Scène reçu en 1976 à Cannes, Affreux, sales et méchants fut un monumental bide commercial. Son titre même avait beaucoup été reproché à Scola. Accusé, à tort (il s’en explique dans son interview en bonus), d’avoir fait un film contre les pauvres, contre le prolétariat (on dirait aujourd’hui « politiquement incorrect »), Scola fut fustigé par les catholiques et par la démocratie chrétienne alors au pouvoir (non seulement le bidonville domine la basilique Saint Pierre de Rome mais on pense aussi à la scène du baptême, où Giacinto, ouvertement bigame, dit au prêtre « renoncer à Satan qui est l’auteur du péché », tandis que l’un de ses fils fracture en douce les caisses de l’Eglise et qu’un gamin s’amuse à faire flotter un bateau dans le bénitier). Il le fut aussi par la gauche qui l’accusa de ne faire émerger à aucun moment l’idée de rébellion ou la conscience de classes.

C’était (et c’est toujours) un film dérangeant parce que Scola n’avait tout bonnement pas cherché à enjoliver la réalité. Contrairement à la vision idéalisée du pauvre que propose Vittorio de Sica dans Le Voleur de bicyclette ou dans Miracle à Milan, Scola, qui admire son aîné, préfère décrire la réalité d’une société à la fois victime et dépendante du système. Faire un film réaliste, mais ni misérabiliste, ni militant et sans slogans paternalistes.

Giacinto en face du commissaire avec son gros dossier

Un commentaire sur “Brutti, sporchi e cattivi

  1. Ettore Scola réussit un film sur les pauvres sans être misérabiliste. Nino Manfredi grandiose. La scène de l’empoisonnement est anthologique!

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s