Il sorpasso


Il sorpasso (1962)
VF: Le Fanfaron

Réalisateur: Dino Risi
Scénaristes: Dino Risi, Ettore Scola, Ruggero Maccari
Compositeur: Riz Ortolani

Acteurs: Vittorio Gassman … Bruno Cortona
Jean-Louis Trintignant … Roberto Mariani
Catherine Spaak … Lilly Cortona
Luciana Angiolillo … épouse de Bruno

Synopsis (wikipedia): À Rome, le jour férié du quinze août, la ville est déserte. Bruno Cortona (V. Gassman), la quarantaine vigoureuse, amateur de conduite sportive et de jolies femmes, déambule en voiture à la recherche d’un paquet de cigarettes et d’un téléphone public. Roberto Mariani (J-L. Trintignant), un étudiant en droit resté en ville pour préparer des examens, l’accueille chez lui. Sous l’impulsion de l’exubérance et du sans-gêne de Cortona, ils entreprennent un voyage en voiture qui les emmènera vers des destinations toujours plus lointaines. Le jeune étudiant va découvrir l’écart entre la réalité et ce qu’il imaginait concernant l’amour et les rapports sociaux.

note: 10 /10

Bientôt 2 ans que j’ai démarré ce site et que Dino Risi nous a quitté.  Voici un premier hommage – anniversaire. Le film est assez riche en thème abordés et en action. Gassman interprète une sorte de monstre séducteur qui cherche dans la vitesse et l’amitié un échappatoire, une évasion a ses problèmes financiers et de couple. Le film n’a pas pris une seule ride et reste d’actualité pour l’essentiel des thèmes abordés. A découvrir ou à revoir.

Disponible en DVD. Vous n’aurez aucune difficulté à trouver des critiques (Critikat) du film qui est un classique de la comédie italienne avec ce duo franco-italien Gassman – Trintignant qui fonctionne à merveille.

Voici une critique d’un français (pseudo Alligator) :

Risi invite souvent son spectateur à un voyage. Le fanfaron est par essence d’abord un road-movie, une invitation à découvrir la banlieue et la campagne romaine, les bords de mer investis par les romains sous le soleil de la mi-août. L’Italie se découvre une folle envie de vivre ardemment après la guerre, surtout la jeune génération. Les scénaristes Scola, Maccari et Risi vont utiliser une sorte de couple aux allures clownesques, l’un servant de miroir à l’autre, en contraste physique autant que philosophique, sorte d’anti paire clown blanc et auguste (ici c’est l’auguste qui décide).

Gassman est un faux adulte, celui qui n’a jamais cessé d’être un adolescent. Son exubérance et son inconséquence le font passer à toute vitesse dans la vie des autres, ses compagnes, sa fille et son dernier ami en date, un Trintignant, jeune mais emprunté, sévère étudiant en droit, à l’avenir tout tracé, en gris terne et morne. La rencontre est explosive. Progressivement l’influence du fanfaron va libérer Trintignant de ses inhibitions bourgeoises, l’agaillardi jusqu’au climax qui relativise violemment les choses.

Reste que le film est donc le portrait étonnamment touchant du monsieur Sans-Gêne. Gassman se déguise en un sorte de personnage très italien, très proche de la Commedia dell’Arte, proche d’Arlequin, bouffon libre et joyeux, gouailleur, nous montrant qu’au fond des attaches matérialistes les plus ordinaires jusqu’aux aspirations existentialistes les plus profondes, l’être humain est infiniment seul, qu’il soit entouré des siens ou d’inconnus d’un soir.

Le ton résolument frais et souriant du film, volontiers moqueur, plutôt snobinard cache mal une intense tendresse de la part des scénaristes pour cette Italie estivale. Comme toujours Risi place encore ses personnages dans des cadres, des plans où l’environnement est respectueusement dépeint, mis en valeur. C’est presque une mise en scène théâtral. Il est manifeste qu’il accorde une importance première aux paysages dans lesquels se meuvent ses personnages. C’est alors un magnifique voyage auquel il nous invite.

La bande annonce en VF nous montre que Gassman est doublé alors qu’il parlait bien le français. Dommage

Je vous conseille plutôt de voir la VO dont voici un extrait :

Un commentaire sur “Il sorpasso

  1. Capolavoro della commedia all’italiana e di Dino Risi: il suo miglior film, insieme a I mostri e Una vita difficile.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s