Amarcord


Amarcord (1973)

Réalisateur: Federico Fellini
Scénaristes: Federico Fellini et Tonino Guerra

Avec: Pupella Maggio … Miranda Biondi, mère de Titta
Armando Brancia … Aurelio Biondi, père de Titta
Magali Noël … Gradisca
Ciccio Ingrassia … Theo, l’oncle fou
Nando Orfei … Patacca, oncle de Titta
Bruno Zanin … Titta Biondi
Josiane Tanzilli … Volpina, prostituée
Maria Antonietta Beluzzi … la marchande de cigarette

Synopsis (wikipedia) : Titta, un gamin à l’œil vif, s’échappe souvent de la pétaudière familiale pour aller rôder dans les rues et découvrir le monde. Il rencontre de drôles de gens : un colporteur mythomane, un accordéoniste aveugle, une buraliste à la poitrine accueillante, une religieuse naine, etc.

La vie provinciale en ce temps-là, c’est aussi le péril montant d’une parade fasciste, le fascinant passage, au large, d’un mystérieux transatlantique, des séances de cinéma agitées. Mais tout n’est pas drôle dans cette vie: la mère de Titta meurt, mais il se consolera vite au son de l’accordéon d’une noce campagnarde.

Le fascisme ne nous saute pas aux yeux d’emblée. Les gens sont si débonnaires et si drôles. Le village prépare une fête, on s’assemble sur la place, on apporte des meubles pour le feu de joie, la fanfare joue, les hommes admirent La Gradisca, si belle dans son manteau rouge à col de fourrure noire. Elle, elle rêve à Hollywood et à Gary Cooper devant le cinéma dont le propriétaire se fait appeler « Ronald Colman ».

À l’école, les professeurs sont plus caricaturaux et ridicules les uns que les autres, avec une mention pour celui de Grec qui multiplie les grimaces à chacune de ses démonstrations de bonne prononciation. Les élèves, eux, semblent concourir à qui sera le plus cancre, visages ingrats, corps difformes. Ils passent leur temps en classe à se donner des coups, à péter, à pisser.

Mais, surtout, ils passent leur vie à fantasmer sur les femmes du village et même sur leur professeur de maths. Tous les jours, même sous la pluie, ils rendent visite au « Monument de la Victoire », ange aux superbes fesses nues et rebondies. L’obsession sexuelle et la frustration qu’elle entraîne dominent toute leur vie d’adolescent.

Dans l’observation acide de la province italienne, le dîner familial et la dispute qui l’émaille reste un moment d’anthologie: La mère, Miranda, qui se met à loucher lorsqu’elle crie « Je deviens folle », avant d’annoncer « je vous tuerai tous ! je mettrai de la strychnine dans le potage ! », tandis que le père, Aurelio, fait mine de vouloir se suicider en s’écartant les mâchoires des deux mains, tous deux incapables d’attirer l’attention de l’oncle ou des enfants qui, habitués à un tel « cinéma » continuent à manger, imperturbables, tandis que le grand-père choisit de sortir péter un bon coup.

Note: 9 /10

En patois de Romagne, « Amarcord » signifie « Je me souviens » (mi ricordo en italien).  Fellini nous montre l’univers haut en couleur de son enfance. Entre ses souvenirs et ses rêves le spectateur decouvre une foisonnante et cocasse exhibition. Le regard émerveillé d’un enfant, ses premiers désirs avec les seins de la Gradisca, le passage mythique d’un navire voguant sur l’océan du songe qui fait la fierté de l’Italie, une mascarade fasciste, une place vide où rien ne sera plus comme avant, sont autant de moments inoubliables, tout comme la musique sublime de Nino Rota.

A travers, cette tranche de vie autobiographique d’une région d’Italie (Rimini) avec ces scènes burlesques et caricaturales, Fellini nous montre aussi un portrait du fascisme, assez oppressant.  Il nous parle aussi de la folie humaine a travers le personnage de Theo, tres bien interprété par Ciccio Ingrassia.

Cette galerie de portrait et de thème traites défilent et les 120 minutes du film se déroulent magiquement sans qu’on s’ennuie un seul instant. C’est parfois assez déstructuré comme le serait un rêve et ça pourra déplaire a certain.

Ce film a reçu en 1975, l’Oscar du meilleur film en langue étrangère.

Bande annonce VO avec sous-titres français :

3 commentaires sur “Amarcord

  1. Une bonne présentation de ce film . Ça donne envie de le voir …

    Cool la buraliste ! . Qui a dit que le tabac était mauvais pour la santé ! 😉

  2. Merci du compliment.

    Fumer du tabac augmente le risque de mourir d’un cancer du poumon comme l’épouse de Fellini, Giulietta Masina.
    Et soulever plusieurs fois une buraliste si lourde n’est pas bon pour le dos. 😉

  3. Nulla da ridire sul film e sulla tua presentazione (anche se a livello personale non amo Fellini, come nemmeno Antonioni e Pasolini), però questa non è commedia all’italiana, visto che il tuo sito sarebbe dedicato a tale genere…

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s