L’armata Brancaleone


L’armata Brancaleone (1966)
VF: L’Armée Brancaleone

réalisateur: Mario Monicelli

scénaristes: Age et Scarpelli, Mario Monicelli

acteurs:
Vittorio Gassman … Brancaleone da Norcia
Catherine Spaak … Matelda
Folco Lulli … Pecoro
Gian Maria Volonté … Teofilatto dei Leonzi
Maria Grazia Buccella … La veuve
Barbara Steele … Teodora
Enrico Maria Salerno … Zenone
Carlo Pisacane … Abacuc

synopis: Dans l’Italie autour de l’an mille, en proie à la peste et aux Sarrasins, les picaresques aventures du Sire Brancaleone da Norcia et de son improbable armée. Partis de Faleri à la conquête d’un titre féodal dans les Pouilles, ils devons affronter la peste, une veuve débridée et, après avoir délivrée une vierge enlevée par les brigands, les pirates sarrasins.

note: 8 /10

Dans ma rétrospective des comedies de Mario Monicelli, je vous présente aujourd’hui un classique de la comédie all’italienne dont je n’avais pas encore parlé car il est assez connu et bien documenté sur l’internet aussi bien en italien, en français ou en anglais avec le titre For Love and Gold.

Voici le commentaire d’un rédacteur québécois, Arca1943, fan de comédie italienne mais ne maitrisant pas assez bien l’italien il les visionne souvent en français (VF).

Avec à sa tête l’hilarant Vittorio Gassman dans une étourdissante composition de Paillasse, ce film est une farce médiévale à l’inspiration furibonde. Le rythme irrésistible, l’enchaînement infernal des blagues de base, des situations loufoques et des lazzis satiriques, les dialogues à l’emporte-pièce des orfèvres Age & Scarpelli, la mémorable «Marche de L’Armée Brancaleone» du compositeur Carlo Rustichelli, le fourmillement de détails cocasses, la curieuse épaisseur humaine des personnages, les extraordinaires enluminures de la photographie signée Carlo Di Palma, la touche de tragique occasionnel qui est la marque de fabrique de la «comédie à l’italienne», la reconstitution historique qui fracasse en pleine poire la doucereuse mièvrerie des nombreux «films de Moyen-Âge» qui l’ont précédé et suivi, enfin la truculence pas croyable des comparses (Catherine Spaak en fausse innocente, Gian Maria Volontè en hypocrite prince byzantin déchu, Folco Lulli qui devient le domestique d’un ours, Enrico Maria Salerno délirant en prédicateur qui part aux croisades, Carlo Pisacane en vieux marchand qui traîne partout avec lui sa malle aux roues grinçantes, Maria Grazia Buccella en séductrice empestée, etc !) – tout ceci contribue à faire de cette comédie de Mario Monicelli un des plus puissants films comiques du cinéma parlant. Plus loufoque que Frankenstein Junior, plus disjoncté et mieux rythmé qu’Airplane, plus drôle que A Fish Called Wanda, plus médiéval que Les Visiteurs et Monty Python & the Holy Grail réunis… Ne ratez surtout pas L’Armée Brancaleone !

La réalisation et les moyens techniques sont aussi pauvre que l’armée réduite de Brancaleone mais on le pardonne avec la performance d’acteur de Gassman, les dialogues antiques des auteurs et la musique de cette épopée picaresque aux multiples épisodes dans un Moyen-Age de fantaisie, barbare et anti-conventionnel, où s’équilibrent merveilleusement le burlesque, la farce, l’aventure et la satire historique. Un film culte en Italie.

Pour ceux qui comprennent l’italien voici un court extrait de i ricordi di Mario Monicelli :

« Era un momento di lavoro intenso, quindi mettemmo da parte il soggetto o solo qualche anno dopo ne parlammo con Mario Cecchi Gori. Inizialmente lui oppose delle resistenze: non gli piaceva come era raccontato. Diceva che erano una serie di vagoncini attaccati l’uno dietro all’altro ma senza una trama, cosa indubbiamente vera. Inoltre era preoccupato per la lingua, temeva che nessuno l’avrebbe capita, che sarebbe stato come fare un film muto.

Viceversa questo non ci impensieriva affatto, anzi eravamo convinti, e io lo sono sempre di più, che il vero cinema sia muto e in bianco e nero e che dal 1928, quando è stata introdotta la colonna sonora, sia cominciata la corruzione del cinema. L’impiego di questo tipo di linguaggio, in fondo, dimostrava proprio la nostra ricerca, la nostra tensione a fare un film muto. Il linguaggio in Brancaleone è importante per l’immagine del Medioevo ma non serve ai fini della comprensione della storia. »

Cette comédie aura une suite avec Brancaleone alle crociate dont je parlerais prochainement.

Vittorio Gassman – VO

Vittorio Gassman et Gian Maria Volonte – VO

Vittorio Gassman et Barbara Steele – VO avec sous-titres en francais.

4 commentaires sur “L’armata Brancaleone

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s