La ragazza con la pistola


La ragazza con la pistola (1968)

VF: La fille au pistolet

réalisateur: Mario Monicelli

scénaristes: Luigi Magni et Rodolfo Sonego

acteurs:
Monica Vitti : Assunta Patanè
Stanley Baker : Dr. Tom Osborne
Carlo Giuffrè : Vincenzo Macaluso
Corin Redgrave : Frank Hogan
Anthony Booth : John
Tiberio Murgia : Un émigrant sicilien

synopsis: Alors qu’elle a été déshonorée par le beau Vincenzo, Assunta réclame qu’il l’épouse. Celui-ci refuse et s’enfuit d’Italie pour Londres. Elle part à sa recherche avec pour seul bagage un énorme pistolet et des victuailles. Assunta va vivre des aventures rocambolesques dans ce climat si différent de son pays…

note: 7 /10

Les scénaristes se sont amusés a transposer a une femme sicilienne ce qu’un homme sicilien doit faire pour laver son honneur si sa femme le trompe. La caricature est forte et efficace pour nous montrer que le ridicule de cette femme au pistolet l’est également au fond quand il s’agit d’un homme.

En 1968, il y a une demande pour davantage de libertés individuelles et en particulier avec les revendications féministes. Monicelli et ses auteurs en profitent pour montrer ce qu’un genre d’émancipation pourrait donner dans un univers régies par des règles masculines, a savoir une femme qui les applique a son propre compte. Si ces règles étaient universelles et solides, elle pourrait normalement les appliquer aussi, sans discrimination de sexe. Le film nous montre ce que nous sommes conditionnes a voir sans se poser des questions de fond. Au delà du rire et sourire qu’il provoque ce film traite des rapports hommes femmes et nous fait réfléchir sur les conventions sociales et leur bien fondé.

1968, c’est aussi durant la guerre du Vietnam. Comment réagissons devant une femme armée d’un revolver ? Toute cette violence qu’on retrouve dans les westerns hollywoodiens et plus tard dans les westerns spaghettis conditionnent le spectateur a cette violence sans la remettre vraiment en question. Elle va presque de soi. Avec le grotesque, je pense que ce film essaye de remettre les choses en perspective et de nous refaire retrouver notre sens critique et notre libre arbitre plutôt que nous répéter des conventions sociales parfois absurdes et violentes d’une époque moins civilisée.

L’affichage de cette violence physique ira a son paroxysme dans la 2e partie du film Un borghese piccolo piccolo (1977) interprété par Alberto Sordi. Ce film qui veut critiquer et montrer les excès de cette violence, l’affiche trop pour la  combattre efficacement et se discrédite paradoxalement par la même occasion en nous conditionnant a la voir.  Monicelli avec ses scenaristes font aussi la même erreur de focaliser sur un fait divers comme le font souvent les média de masse. On peut dire que ces erreurs de stratégie entrainent indirectement et symboliquement la fin de la comédie all’italienne dans un pays encore gouverné par la démocratie chrétienne mais qui sera ensuite dirigé par la droite radicale d’un Berlusconi allie aux ligues nationalistes et xénophobes. Piètre résultat politique pour un réalisateur affichant des sympathies avec le Parti communiste italien et le Parti Démocrate Italien plus récemment. Dans les années 50, le cinéma  atténue les représentations de la violence physique et aujourd’hui pour surfer sur la mode des émissions de TV reality show il l’amplifie dramatiquement dans des films médiocres mais assez populaires. Ce cinéma participe avec les JT (journaux télévisés) a la diffuser avec les conséquences qui s’en suivent sur les esprits les plus faibles et plus généralement sur l’électorat qui vont alors privilégier les partis les plus répressifs et supposé dans l’opinion publiques les plus « sécuritaire ».

La fille au pistolet n’est pas une grande réussite dans la mesure ou l’humour me semble un peu trop appuyé et la star Monica Vitti se retrouve sans partenaire vraiment de grande valeur pour lui donner la réplique mais le but d’éveiller les consciences est assez réussi.

Le style du film et son humour riche en situation cocasse peut rappeler les comedies italiennes de Lina WERTMULLER.

Excellente performance comique de Monica Vitti.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s