Baaria


Baaria (2009)

réalisateur et auteur: Giuseppe Tornatore

acteurs:
Francesco Scianna … Peppino Torrenuova
Margareth Madè … Mannina

synopsis: Surnommée Baaria par ses habitants, cette petite ville de la province de Palerme est le théâtre d’une saga familiale qui s’étend sur trois générations. Des années 30 aux années 80, de Cicco à son fils Peppino, et à son petit-fils Pietro, Baaria nous entraîne dans une odyssée peuplée de personnages habités par des passions et des utopies qui les imposent comme de véritables héros. À travers leurs amours, leurs rêves et leurs désillusions, cette fable drôle et nostalgique dresse le portrait d’une petite communauté sicilienne, microcosme où se joue une comédie humaine universelle. Durant la période fasciste, sa condition de simple berger laisse à Cicco la liberté de s’adonner à ses passions : les livres, les poèmes épiques, les grands romans d’amour populaires. Son fils Peppino va être le témoin de la famine et des injustices perpétrées pendant la Seconde Guerre mondiale qui le pousseront à s’engager politiquement…

note: 5+ /10

Voici une critique de Julien LOUBIERE

Baaria marque le retour de Giuseppe Tornatore, plus de vingt ans après Cinema Paradiso et plus récemment Malena (avec Monica Belluci). Dans Baaria, le cinéaste italien s’attache à retracer une saga familiale s’étendant sur trois générations. Ce portrait de famille embrasse la grande Histoire (des années 1930 aux années 1980). La Sicile est une région que Giuseppe Tornatore connaît sur le bout des doigts pour y avoir grandi et vécu jusqu’à l’âge de 28 ans. Pourtant le film est tourné en Tunisie. Pour réaliser Baaria, les studios de Tarak Ben Ammar ont conçu un des plus grands décors de cinéma et on imagine que cela a dû représenter un travail de Titan. 15 millions d’euros ont été déboursés pour cette reconstitution dont le tournage rappelle le Gangs of New York de Martin Scorsese. Les deux films (dans un degré moindre pour le film de Scorsese) partage cette débauche de moyens qui peine à réellement émouvoir à l’écran. Sans doute le fruit d’une absence d’audace scénaristique. Dans Baaria, Giuseppe Tornatore est trop généreux, et il perd assez rapidement son spectateur. En voulant dresser un portrait (trop) universel de la Sicile, le film manque de personnalité et d’âme ; ce qui apparaît comme un comble lorsque l’on sait à quel point le projet tenait à coeur à Giuseppe Tornatore.

Les connexions entre mafia, arrivée du fascisme et communisme sont noyées dans un verbiage qui dessert le propos. Les liens qui unissent la famille ont du mal à nous émouvoir dans Baaria. Il y même difficile d’identifier un message politique clair (celui de l’auteur autant que celui de Peppino). Pourtant l’image de la mafia présentée comme une machine à tuer est évacuée du film, un de ses atouts. Mais il n’en reste que des évocations politiques floues et des bribes revendicatives qui ne parviennent pas à faire sens, malgré leur redondance. Peppino est un réformiste un peu mou, trop tendre, une interruption dans un de ses discours ne masque même pas son manque de substance et de conviction. Une reconstitution un peu vaine donc dans lequel Giuseppe Tornatore parvient à déclarer sa flamme au cinéma qui a bercé son enfance. La réalisation, la photographie (qui rappelle Un long dimanche de fiancailles de Jean-Pierre Jeunet) sont de bonne facture, sans excès d’inventivité. La bande-son (Ennio Morricone revient comme une ritournelle) fonctionne toujours bien. Baaria n’a pas été injustement oublié du palmarès du festival de Venise, le film ne concrétise absolument pas les moyens colossaux déployés pour son élaboration. Une grosse déception.

Une épopée qui cherche plus a séduire le spectateur avec de belles images que bien lui expliquer et raconter  cette histoire sicilienne durant ses 2h30. A part quelques scènes d’exécutions sommaires, ce film un peu « carte postal » est presque familial au sens un peu péjoratif. Nous sommes aux antipodes d’un film comme Gomorra qui pèche par des excès opposes.

3 commentaires sur “Baaria

  1. J’aime bien Tornatore et j’étais impatiente de voir son dernier film à gros budget. Malheureusement Baaria est tellement froid et privé d’émotions. J’ai laissé tomber au bout d’une heure…

  2. Veronique, qui rit quand on la nique ?
    😆
    Ba quoi ne te vexes pas, tu as eu des émotions la, non ?!
    Ah ces québécoises … enfin tu as le bon gout de te mettre en couple avec un italien. :mrgreen:
    Qu’en as t’il pense ? Il a vu jusqu’à la fin lui au moins ? Ceci dit c’est vrai qu’il y a des longueurs.

    Sinon tres intéressant ton blog sur Shanghai. +1
    A Montreal, j’ai une voisine chinoise qui vient justement de la.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s