Telefoni bianchi


Telefoni bianchi (1976)
VF: La Carrière d’une femme de chambre

réalisateur: Dino Risi
scénaristes: Ruggero Maccari, Dino Risi et Bernardino Zapponi (histoire)
compositeur: Armando Trovajoli

acteurs: Agostina Belli … Marcella Valmarin
Cochi Ponzoni … Roberto
Maurizio Arena … Luciani
Vittorio Gassman… Franco Denza
Ugo Tognazzi … Adelmo
Renato Pozzetto … Il gerarca

synopsis: 1935. Femme de chambre à l’hôtel Excelsior du Lido de Venise, Marcella est fascinée par les fastes du tout nouveau festival. Cédant à son rêve de devenir une grande star, elle quitte son fiancé Roberto et part à Rome pour rejoindre Luciano, un secrétaire de production. Après avoir tourné un bout d’essai Marcella rencontre Bruno, un lieutenant fasciste qui la demande en mariage, ce qui pousse Roberto à créer un petit scandale. Lancien fiancé se retrouve bientôt dans les troupes qui combattent en Abyssinie… Après un bref passage dans le bordel que dirige la mère de Bruno, elle rencontre Gondran, qui l’introduit dans les milieux de la radio, où elle commence une carrière de chanteuse. L’ascension sociale de Marcella est brusquement facilitée lorsqu’elle devient la maîtresse de Franco Denza, vedette de cinéma au sommet de sa popularité. La chance lui sourit une nouvelle fois lorsqu’elle se donne à Mussolini. Le rêve de l’ancienne femme de chambre s’est réalisé : Marcella est devenu la célèbre Alba Doris. Pendant ce temps, Roberto, toujours amoureux d’elle, a fait partie des troupes expédiées successivement en Abyssinie, en Espagne, en Afrique, pour finir en Russie où il est porté disparu. La chute du régime fasciste entraîne la déchéance de la star. Marcella s’enfuit avec Adelmo, un colporteur bossu et antisémite, puis avec un capitaine. De retour à Venise, elle trouve un emploi de chanteuse dans un orchestre féminin. Un industriel russe la remarque et l’épouse. Quelques années plus tard, Marcella profite d’un voyage d’affaires de son mari pour aller se recueillir sur la tombe de Roberto, tout en ignorant que celui ci menait une vie paisible de paysan russe.

note: 8 /10

Encore un classique de la comédie italienne dont vous trouverez plusieurs criques en français sur le web ainsi qu’une édition française du DVD.

Enième chef d’oeuvre de Dino Risi, La Carrière d’une femme de chambre est une superbe comédie alliant critique grinçante du cinéma dans l’Italie mussolinienne, réflexion sociale, arrivisme, la collaboration, tout cela avec une sens inégalé du pamphlet, qui plus est doublé d’une superbe photographie et d’une inoubliable interprétation. Ce film immanquable dans la carrière d’un des plus grands cinéastes italiens est disponible en DVD depuis le 23 février 2011. (Sabrina Piazzi source)

Le scénario évacue toute croyance idéologique dans sa représentation du régime et présente donc des personnages qui servent le fascisme uniquement par opportunisme. Par exemple, lors d’un dîner, Franco fait une farce à ses convives : il diffuse un enregistrement dans lequel il imite la voix de Mussolini, qui annonce la nationalisation des entreprises de plus de mille ouvriers. Les invités sont atterrés. Un industriel, réputé pour être un bon fasciste, s’enferme dans une chambre et se suicide. La fidélité des patrons pour le régime se limite à la sauvegarde de leurs intérêts économiques.
Le personnage de Marcella, malgré son ingénuité, est traité sans aucune condescendance. les auteurs prennent un malin plaisir à lui faire subir les pires épreuves, et seule son ambition dévorante lui permet de surmonter les nombreuses humiliations que lui font subir ses amants. Son obsession de la réussite l’amène donc naturellement à tourner dans une oeuvre de propagande célébrant l’amitié germano-italienne. La projection du film a lieu à Venise, dans le palace où elle avait été justement engagée comme femme de chambre, en présence de Mussolini. Dans le dernier plan, l’actrice embrasse son mari, soldat allemand unijambiste revenant du front. Les spectateurs restent silencieux, et attendent que le Duce applaudisse pour témoigner à leur tour leur admiration pour Marcella. (source)

Cette comédie historique est a la fois burlesque, cocasse et virulente contre le fascisme et la corruption mais manque aussi parfois de fil conducteur, d’homogénéité comme une comédie a sketchs mais plusieurs « épisodes » sont excellents comme cet acteur Franco Denza (Gassman) qui doit jouer un officier Nazi et se fait arrêter par des partisans italiens en 1944. Il essaye de leur prouver qu’il est juste un acteur et pas un vrai officier Nazi.

Extrait VO avec Sous-Titres Français

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s