Moi, Michel G., milliardaire, maître du monde


Moi, Michel G., milliardaire, maître du monde (2011)

réalisateur et scénariste: Stéphane Kazandjian

acteurs:
François-Xavier Demaison… Michel Ganiant
Laurent Lafitte … Joseph Klein
Laurence Arné … Déborah Ganiant
Xavier De Guillebon … Philippe Monk
Guy Bedos … Frank-David Boulanger
Patrick Bouchitey … Charles Prévost
Alain Doutey … Jérôme Prévost

synopsis: Homme d’affaires à succès, symbole d’un capitalisme moderne et décomplexé, Michel Ganiant a tout : l’argent, le pouvoir, l’amour. Et il veut que ça se sache. Alors qu’il s’apprête à réaliser le « coup » de sa carrière, il accepte de se laisser suivre par la caméra de Joseph Klein, journaliste impertinent et engagé. Ce devait être une ode au génie du grand homme. Ce sera un voyage sidérant et jubilatoire dans les coulisses du business et la vie des riches et puissants. Bienvenue dans le monde de Michel Ganiant. Pas de bol, c’est aussi le vôtre…

note: 6 /10

Après la crise financière et économique mondiale survenu aux USA en septembre 2008, voici une comédie française qui est une satire du système néocapitaliste. Le traitement en forme de soi-disant documentaire rappelle un peu la période néo-réaliste italienne. Le scenario explique certaines astuces et magouilles de l’homme d’affaire français qui a appris la finance a New-York. C’est assez bien explique mais pourra rester confus pour la personne réfractaire aux jeux financier et boursier.

La charge est assez virulente et peu se comparer aux comedies italiennes de la fin des années 60 et début 70. Comme dans cet époque le propos se veut avant tout populaire et manque parfois de subtilité. Le réalisateur français ne fait pas dans la dentelle et ça pourra gêner certains avec un style décontracté, tres second degré renforce avec le récit du journaliste interprété par Laurent Laffite.

Une parodie de documentaire politique, où un pseudo journaliste militant de gauche essaie de dresser le portrait au vitriol d’une caricature d’industriel puissant. Si les modèles sont immédiatement identifiables (Pierre Carles ou Michael Moore pour le documentariste à charge, Jean-Marie Messier pour le symbole d’un capitalisme carnassier), le film ne cherche jamais ni à les réinventer ni à les crédibiliser. Juste à enfoncer le clou d’un premier degré fourre-tout et des clichés bon enfant. Conduisant cette supposée satire sociale fielleuse au rayon des fausses bonnes idées et désamorçant d’emblée son potentiel pamphlétaire.
Xavier Leherpeur du Nouvel Obs

L’acteur comique français Demaison plombe un peu ma note car on y croit pas un instant et j’aurai ajoute sans doute un point avec un acteur comme Jean Dujardin, 2 points avec Christian Clavier qui a deja joue avec succès ce type d’homme d’affaire opportuniste et 3 points avec un Gassman ou un Sordi dirige par Dino Risi. A noter la présence de Guy Bedos , en banquier, et Patrick Bouchitey en riche actionnaire qui viennent rehausser avec bonheur la distribution d’acteurs.

Même si le sujet méritait un meilleur traitement c’est une assez bonne surprise et relativement intéressant pour le néophyte en finance boursière.

Bande annonce

extrait avec Demaison et Laurent Laffite

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s