il tetto


Il tetto (1956 n/b 90 min)

VF: Le toit

réalisateur: Vittorio De Sica

scénariste: Cesare Zavattini

acteurs: Gabriella Pallotta … Luisa Pilon
Giorgio Listuzzi … Natale Pilon, mari de Luisa
Gastone Renzelli … Cesare, beau-frère de Luisa
Maria Di Fiori … Giovanna, épouse de Cesare
Maria Di Rollo … Gina

synopsis: Luisa, une jeune domestique quitte son emploi pour épouser Natale, un maçon. Ce mariage est très mal vu par le père de Luisa car le jeune couple n’a pas la moindre chambre pour se loger. Pour leur voyage de noces, ils vont pour une journée seulement dans le village natal de Luisa. Ils passent leur nuit de noces sur une paillasse que leur installe la mère à l’insu de son mari. Au petit matin ils sont contraints de repartir vers Rome à la recherche d’un toit. Cesare, le beau-frère de Natale, accepte de les héberger quelque temps dans son petit appartement dans lequel il héberge deja ses beaux-parents. La promiscuité devient vite insupportable a Luisa qui s’entend bien avec Giovanna mais mal avec son beau-frère Cesare. Elle décide de trouver un logement et lui annonce qu’elle est enceinte. Après une dispute avec Cesare, Natale quitte avec sa femme aussitôt ce logement familial. Ne trouvant pas de chambre pour eux deux il décide de bâtir un abri dans la zone. Il s’agit de contourner la loi en construisant en une seule nuit une minuscule « maison » d’une seule pièce avec une porte et un toit.

note: 7 /10

Voici un film néoréaliste réalisé par Vittorio Sica, moins dramatique et plus optimiste que Le voleur de bicyclette (1948 Ladri di biciclette). Aucun acteur professionnel selon les règles du néo-réalisme italien n’a été utilisé pour Le Toit. Je partage le commentaire de Pierre Acot-Mirande (Télé-ciné) :

De Sica et Zavattini refusent tout artifice :  pour eux le drame ne prend ses proportions exactes que diluée dans les mille faits et gestes constituant la trame de l’aventure quotidienne. Semblable a certaines courbes de température, il connaît des accès comme des retombées brutales et progresse de manier discontinue jusqu’à son paroxysme, D’ailleurs un des apports majeurs du néo-réalisme est d’avoir montre que même aux instants cruciaux d’une existence le tragique revêt rarement une forme permanente.

Les dialogues sont en general limité a l’essentiel, sans fioriture. On y trouve parfois une pointe d’ironie qui accentue la portée sociale de l’œuvre:

« L’homme ira dans la Lune … s’ils s’occupaient de ce qui se passe sur la terre tout irait mieux … »

Ce spectacle de ce jeune couple, profondément humain avec leur élan et espoir, qui lutte simplement et courageusement pour leur bonheur attire notre sympathie et intérêt. Ils nous révèlent sans insistance l’importance de l’entraide et de la compréhension mutuelle lors de situations difficiles.

En Italie, ce problème de logement dans les grandes villes qui gonfle de population redevient malheureusement un problème d’actualité et la solution du film, a l’époque de l’après guerre, n’est sans doute plus possible avec ces maisons illégales construites en une nuit pour contourner la loi.

Désolé, je n’ai trouve aucun extrait actuellement mais le DVD est disponible.

2 commentaires sur “il tetto

  1. è un De Sica minore: schede dedicate ai suoi capolavori Sciuscià, Ladri di biciclette, Miracolo a MIlano e Umberto D no, vero? Ah già, ma quelli non rappresentano quell’Italia « sole, pizza e amore » che piace tanto a te…

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s