Les Compagnons de la marguerite


les compagnons de la marguerite 1966Les Compagnons de la marguerite (1966)

Réalisateur : Jean-Pierre Mocky
Scénaristes: Jean-Pierre Mocky et Alain Moury

Claude Rich : Jean-Louis Matouzec
Michel Serrault : L’inspecteur Papin
Francis Blanche : L’inspecteur Leloup
Paola Pitagora : Martine Leloup
Catherine Rich : Françoise Matouzec
Roland Dubillard : Flamand
Michael Lonsdale : Lastac, expert en écritures

synopsis: Matouzec est restaurateur de manuscrits anciens à la Bibliothèque nationale. Il se découvre bien vite un talent de faussaire et se plaît à falsifier des documents d’état civil. Il fonde une société secrète permettant à des couples malheureux de faire disparaître les preuves de leurs mariages.

note: 7+ /10

Vous trouverez sur le net plusieurs critiques francophones de cette comedie satirique dont celle-ci avec laquelle je suis assez d’accord :

Avec Les Compagnons de la Marguerite, Jean-Pierre Mocky s’attaque joyeusement à l’institution du mariage qu’il fait voler en éclats avec un humour bien enlevé. Lui-même sortait d’un divorce difficile, ce qui a du le motiver tout particulièrement. Ici, tout se fait à l’amiable, dans la bonne humeur, échange de conjoints ou même polygamie, tout le monde est heureux… sauf les avocats qui n’ont plus de travail. Mocky fustige un modèle de société où il faut un permis pour tout. Tourné presque deux ans avant mai 68, son film présente une utopie qu’il appelle « la démocratie conjugale ». Claude Rich incarne parfaitement l’idéaliste naïf avec une petite touche d’anarchisme mondain. Face à lui, il a un solide groupe de policiers, Francis Blanche et Michel Serrault en tête, qui alimentent l’histoire en situations cocasses dans ce jeu du chat et de la souris. Les jeux de mots sont nombreux, souvent assez discrets, bien intégrés dans les scènes. Personne ne charge trop son personnage, l’humour est constant et bien dosé. Les Compagnons de la Marguerite est l’un des films les plus réussis de Jean-Pierre Mocky. C’est un vrai plaisir de le redécouvrir aujourd’hui.

Ou cette autre critique:

Pour une fois, les situations saugrenues qui sont légions dans le cinéma de Mocky, trouvent ici un ton de fantaisie approprié, sans nuire à la personnalité de l’auteur, ni diminuer la désinvolture de son propos, servi en passant par une conclusion roublarde.

L’ensemble se présente comme une ronde échevelée remplie de gags inventifs souvent burlesques, soutenue par une mise en scène au rythme alerte qui emporte le spectateur malgré lui du début à la fin. Le tout est tellement bien monté et fignolé pour ne laisser aucun temps mort que l’on se demande comment se fait-il que Mocky n’ait pas eu cette même rigueur tout au long de sa carrière?

les compagnons de la marguerite scene

Et voici deux citations du film:

  • Je fais Sciences Po, je suis un futur technocrate, et pour moi on ne fait pas assez de lois ! – Il a raison, il faut tout interdire ! – Quand personne ne pourra plus rien faire sans l’autorisation spéciale de l’administration, alors nous pourrons dire que la France est un pays bien administré.
  • Tout est devenu obligatoire : l’assurance auto, la sécurité sociale, les cotisations retraite, le permis de chasse, le permis de conduire, le permis de construire, et même le permis d’inhumer. C’est comme des fourmis, qui meurent si elles ne respectent pas la loi de la fourmilière.

extrait

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s