Che c’entriamo noi con la rivoluzione?


Che c’entriamo noi con la rivoluzione?Che c’entriamo noi con la rivoluzione? (1972)
VF: Mais qu’est-ce que je viens foutre au milieu de cette révolution? (1974)

realisateur: Sergio Corbucci
scénaristes: Sabatino Ciuffini, Massimo Franciosa, Sergio Corbucci
compositeur: Ennio Morricone

AVEC Vittorio Gassman, Paolo Villaggio, Ricardo Garrone, Eduardo Fajardo, Lorenzo Robledo, Leo Anchoriz, Rosanna Yanni…

SYNOPSIS : Mexique pendant la révolution zapatiste. Le colonel Carrasco sur fond de « I puritani » de Bellini, applique de terribles représailles en fusillant les insurgés par dizaines. Dans les geôles des militaires viennent chercher un prêtre. Le jeune soldat lui dit qu’il n’a rien à craindre : pour lui ce sera des balles à blanc. En chemin vers le peloton d’éxécution alors qu’il croise un autre prisonnier, il se souvient. Tout à commencer quand un acteur italien qui s’était grimé en maure Othello et était poursuivi par une horde de mexicains racistes se réfugie dans son église. Guido Guidi ainsi se nomme l’acteur se lave à la hâte le visage dans le bénitier, à la grande fureur de Don Albino qui le met à la porte de l’église. Le soir alors que Guido Guidi abandonne « Othello » pour « Richard III », vient le visiter un compatriote qui se dit producteur et qui veut lui financer sa pièce ainsi que sa tournée…

note: 6 /10

Si le film adopte pour toile de fond le western et donc de western italien avec ses codes de violence et son cynisme sur fond de révolution mexicaine, le film est une comédie qui prend même parfois le ton de comédie à l’italienne. Notamment dans la description des deux caractères principaux. L’un qui est un petit curé assez égoïste en somme (il mange son quignon de pain sans en proposer à son compagnon d’infortune affamé), l’autre est un acteur cabot qui surjoue à la vie comme à la scène. Tous deux étant aussi poltrons l’un que l’autre.
Ce film renvoie à quelques chef d’oeuvre de la comédie à l’italienne comme « La grande guerra » (1959) pour les péripéties militaires ou « Brancaleone alle crociate« (1970) pour le personnage grandiloquent de Guido Guidi ou encore « Brutti, sporchi, cattivi« (1976) pour le scène avec l’horrible et énorme femme qui veut se faire lutiner par le curé parce qu’il est blond.
Le film fonctionne aussi sous forme de buddy movie même si les deux personnages principaux se séparent en fonction des circonstances. c’est toujours pour mieux se retrouver et s’affronter.
Sergio Corbucci qui n’est pas né avec le western italien (il a commencé à tourner en 1951) même s’il a été reconnu par ce genre, fait montre de métier dans la tenue de son film. Le film est rythmé, la comédie alerte. Parfois au détriment de l’aspect western. D’autant qu’un parfum d’improvisation règne sur les plateaux de Sergio Corbucci qui attend des propositions de ses acteurs.
Il va de soi qu’avec Vittorio Gassman et Paolo Villaggio il a été servi.
Vittorio Gassman exulte dans ce rôle d’acteur au cabotinage tellement surdimensionné qu’il en devient pitoyable…et grandiose! Othello, Richard III, Garibaldi, Zapata tout lui sied dans sa démesure. ll traverse aussi le film en cardinal ou en militaire, à cheval, en automobile, en motocyclette, en avion à pied et à la nage.
Paolo Villaggio moins spectaculaire dans son interprétation que le magnétisme de son collègue, est tout en rondeur. Le buddy movie tourne nettement à l’avantage de Vittorio Gassman, ce qui déséquilibre un peu le film.
Quelques scènes sont ratées comme l’enlèvement de Don Albino en avion plus qu’ improbable. Mais cela reste du détail. Dans l’ensemble le film fonctionne. Surtout la comédie qui déclenche de belles crises de rires.
A signaler une musique de Ennio Morricone qui au tout début (avec le massacre de la contre révolution) semble écrite en contre-point épouse le propos tragi-comique du film, ajoutant une ironie au pessimisme légendaire cf « Il grande Silenzio« du réalisateur. Cependant la musique du maestro quoique divertissante et enlevée n’entre pas parmi ses chefs d’œuvres. A noter cependant le gros travail d’un des collaborateurs d’Ennio Morricone, Alessandro Alessandroni spécialiste des bruitages humains.

LA SCENE D’ANTHOLOGIE : La scène finale où l’acteur déguisé en Emiliano Zapata est prié fermement de mettre fin à la révolution. Final surprise!

L’ANECDOTE : Pour les deux acteurs principaux ceci est leur unique présence dans un western.

Extrait VO de 6 min.

Un commentaire sur “Che c’entriamo noi con la rivoluzione?

  1. Je ne suis pas aussi enthousiaste que Xavier avec ce western / comedie italien et malgre la présence de Vittorio Gassman et Paolo Villaggio.
    Sergio Corbucci est plutôt un realisateur de second plan. 4 /10

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s