Le sauvage


le-sauvage-1975Le sauvage (1975)

realisateur:  Jean-Paul Rappeneau
scénaristes: Jean-Paul Rappeneau, Elisabeth Rappeneau, Jean-Loup Dabadie
compositeur: Michel Legrand

AVEC : Catherine Deneuve, Yves Montand (Yvo Livi), Luigi Vannucchi, Tony Roberts, Dana Wynter, Vernon Dobtcheff…

SYNOPSIS : Caracas Venezuela années 1970, Nelly française se marie avec Vittorio. Mais elle s’aperçoit aussi qu’elle épouse toute la famille et pendant les festivités elle s’enfuit. Mais elle n’a pas un sou en poche elle va donc Alex, un américain propriétaire d’une boite de nuit. Elle prend une chambre dans un hôtel. Mais elle est dénoncée et Vittorio déboule dans l’hôtel. Pour atteindre la chambre de Nelly il passe par une autre chambre celle de Martin. Maraîcher français, venu passer du bon temps à Caracas.Vittorio rentre dans la chambre de Nelly. Ils se disputent et Nelly assomme Vittrio. Martin qui a assisté au spectacle aide Nelly à mettre Vittorio sur le lit, elle en profite pour détaler en volant la voiture de Vittorio. Nelly se rend chez son ex employeur Alex propriétaire d’une boite de nuit qui lui doit des arriérés de salaire d’entraîneuse. Mais Alex refuse de la payer, et Nelly profite de l’arrivée de Vittorio ensanglanté dans la boite pour voler un authentique Toulouse-Lautrec. Puis elle revient à l’hôtel dans la chambre de Martin pour lui vendre à un prix ridicule le Lautrec…

note: 8 /10 

Comédie particulièrement véloce où les péripéties s’accumulent les unes aux autres. Jean-Paul Rappeneau est l’auteur des plus belles mécaniques françaises de comédie. Là où un Philippe de Broca prend parfois le temps de rêvasser et poétiser (ce qui n’est pas mal non plus), Rappeneau est quasi continuellement pied au plancher à faire virevolter ses personnages. En cela il rappelle les comédies américaines des années 1940-1950. Ce film est un mélange de screwball (film où les dialogues sont omniprésents et de film d’aventures avec cette île déserte entourée de cette mer magnifique. Un peu comme si Rappeneau avait mélangé « L’impossible Monsieur Bébé » (« Bringing up Baby« ) (1938) de Howard Hawks avec « Dieu seul le sait » (« Heaven Knows, Mr Allison« ) (1957) de John Huston.
« Le sauvage » en plus utilise quelques recettes américaines comme une poursuite en voiture assez phénoménale pour l’époque et ainsi qu’un éclairage éclatant assez rare dans les productions françaises.

Dommage que le film s’essouffle sur des scènes explicatives à la fin et que les retrouvailles ne soient pas franchement réussies non plus. On peut dire que le rôle d’emmerdeuses tropicales réussit aux sœurs Dorléac. Françoise Dorléac dans « L’homme de Rio » (1964) de Philippe de Broca (d’ailleurs en partie scénarisé par Jean-Paul Rappeneau,) y était éclatante.
Catherine Deneuve en égocentrique qui veut faire argent de tout impose sa blondeur incroyable et fait montre d’un sens du rythme dans les dialogues et les déplacements très affûté. Déjà dans « La vie de château » (1966) du même Rappeneau elle avait su donner un bel échantillon de ses talents pour la comédie, mais ici elle est au sommet de cet art difficile en plus du sommet de sa beauté sans pareille.
Yves Montand joue un personnage plus posé et en quête de quiétude solitaire subit la tornade blonde l’exècre et l’aime à la fois c’est prodigieux c’est du grand Yves Montand.
Enfin la musique de Michel Legrand enlève le tout d’un coup de baguette magique. Les notes comme l’héroïne du film virevoltent et donnent de la classe à cette inoubliable comédie.rueducine.com-le sauvage-photo (3)

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE : Martin qui veut se débarrasser de Nelly la remet sur son bateau et l’enferme dans la cabine. Elle ne met pas 3 minutes à couler le bateau. De la belle ouvrage scénaristique. Catherine Deneuve en démolisseuse sublime.

rueducine.com-le sauvage-photo (6)

Un commentaire sur “Le sauvage

  1. L’influence des monstres de la comedie italienne est assez évidente dans cette comedie française. Nous avons avec Catherine Deneuve un monstre de cupidité, avec Yvo Livi un monstre épicurien égocentrique et avec Luigi Vannucchi un monstre jaloux et possessif. Les échanges verbales sont riches et assez pittoresques ce qui nous rapproche de la culture latine.
    8/10

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s