Sacco e Vanzetti


SACCO ET VANZETTISacco e Vanzetti (1971 – 120 min)
VF: Sacco et Vanzetti

realisateur: Giuliano Montaldo
scénaristes: Fabrizio Onofri, Giuliano Montaldo, Ottavio Jemma et Mino Roli
compositeur: Ennio Morricone (chanson de Joan Baez)

AVEC Gian Maria Volontè et Riccardo Cucciolla 

Synopsis: Massachusetts, avril 1920. Deux employés d’une manufacture de chaussures perdent la vie suite à un braquage qui tourne mal. La police met rapidement la main sur deux suspects : Nicola Sacco, cordonnier, et Bartolomeo Vanzetti, marchand de poissons, tous deux Italiens anarchistes. Le procès a lieu quelques mois plus tard et la sentence tombe : les deux hommes sont condamnés à mort. Ils font néanmoins appel, espérant que le manque de preuves et les approximations des témoins feront basculer la prochaine sentence en leur faveur…

note: 7 /10

A l’occasion de la sortie DVD d’une version restaurée chez Carlotta je vous parle de ce drame politique franco-italien:

Réalisé en 1971 par l’Italien Giuliano Montaldo, Sacco et Vanzetti fait partie de ces films inoubliables de l’histoire du cinéma, retraçant avec justesse et humanisme le destin tragique de deux anarchistes italiens condamnés à mort en raison de leurs convictions politiques. Le cinéaste s’appuie pour cela sur un scénario brillant, relatant avec force détails les différentes audiences du procès, et sur une mise en scène atypique, mêlant multiples flash-back et archives originales – coupures de journaux, actualités d’époque. Il s’agit moins pour Montaldo de partir à la quête de la vérité que de dénoncer l’incroyable entreprise de diabolisation de deux hommes considérés comme « différents » dans une Amérique de plus en plus conservatrice et hostile envers les étrangers. Le génie de ce film tient en grande partie à son interprétation magistrale : Riccardo Cucciolla campe un Sacco résigné et vite dépassé par les événements – prix d’interprétation au Festival de Cannes de 1971 – et Gian Maria Volonté (Pour une poignée de dollars, Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon) un Vanzetti combatif et intègre jusqu’au bout dans ses idées. Sacco et Vanzetti est un formidable réquisitoire contre la xénophobie et pour la justice et la liberté, mondialement connu notamment grâce à l’extraordinaire bande originale signée Ennio Morricone et Joan Baez, et la chanson « Here’s to You ». Un chef-d’œuvre enfin visible au cinéma dans sa splendide version restaurée !

Ça été un choc quand je l’ai vu la première fois adolescent dans sa Version Française. J’ai revu plus récemment la VO en italien et j’ai trouvé des longueurs et lourdeurs dans la réalisation mais la superbe musique d’Ennio Morricone avec la chanson Joan Baez plus la prestation des acteurs italiens Gian Maria Volontè et Riccardo Cucciolla méritent  largement son visionnement.

Bande annonce en italien VO


Si l’affaire politico-judiciaire Sacco & Vanzetti vous intéresse il y a un documentaire en anglais dont voici la bande annonce:

RETOUR SUR L’AFFAIRE JUDICIAIRE
En avril 1920, une manufacture de chaussures située à South Braintree, Massachusetts, se fait braquer. Le bilan est particulièrement lourd : en plus du vol des recettes (plus de 16 000 dollars), deux employés sont abattus. La police trouve rapidement une piste du côté d’un réseau d’anarchistes italiens, quatre individus retenant particulièrement leur attention : il s’agit de Mario Boda, Riccardo Orciani, Nicola Sacco et Bartolomeo Vanzetti. Le premier est introuvable et le deuxième a un alibi solide pour le jour du braquage ; Sacco et Vanzetti deviennent alors les seuls principaux suspects. Même s’il n’existe aucune preuve de leur implication directe dans cette affaire, de nombreux éléments sont en leur défaveur : durant leurs interrogatoires, les deux hommes reviennent souvent sur leurs propos, n’hésitant pas à mentir pour minimiser les charges qui pèsent sur eux – ils nient puis avouent détenir une arme à feu par exemple – et à jouer sur leurs difficultés à manier la langue anglaise. Les deux hommes sont ainsi sérieusement soupçonnés des meurtres, d’autant que Vanzetti est également reconnu coupable d’avoir commis un autre braquage dans les environs, quelques mois auparavant – cette fois-ci sans effusion de sang. Le procès des deux Italiens a lieu entre mai et juillet 1921 et repose essentiellement sur une expertise balistique approximative et sur des témoins peu fiables. Malgré tout, le climat d’hostilité régnant à cette époque vis-à-vis des étrangers fait rapidement pencher la balance : le jugement est rendu et Sacco et Vanzetti sont condamnés à la peine capitale. Plusieurs requêtes sont déposées afin de réviser leur procès ; malheureusement aucune n’aboutit, et ce même si de nouveaux éléments liés au braquage de South Braintree sont découverts – un Portugais de vingt-trois ans aurait même avoué être l’auteur de ces crimes, innocentant de fait les deux hommes. Mais pour le juge Webster Thayer, connu pour ses opinions réactionnaires et xénophobes, l’affaire est close. Malgré l’immense mobilisation de soutien pour Sacco et Vanzetti à travers le monde, les deux hommes sont exécutés la nuit du 22 au 23 août 1927.

UNE AMÉRIQUE DIVISÉE
Durant les années 1920 prédomine un courant de pensée WASP (White Anglo-Saxon Protestant) radical, qui voit d’un mauvais œil l’arrivée d’une nouvelle vague d’immigration venant essentiellement des pays d’Europe de l’Est et du Sud. Les dirigeants au pouvoir parviennent notamment à faire passer diverses lois régulant l’arrivée des étrangers dans le pays. Malgré tout, certains groupes politiques tentent de s’opposer au conservatisme de rigueur : partis communiste, féministe, mouvements syndicalistes et, bien sûr, anarchistes. L’affaire Sacco et Vanzetti symbolise de fait la division idéologique des États-Unis quant à son regard sur l’immigration et l’identité américaine. Le mouvement de contestation franchit même les frontières puisque de grandes manifestations ont lieu à travers le monde pour protester contre l’exécution de Sacco et Vanzetti – de grandes figures intellectuelles internationales telles Anatole France, Albert Einstein ou George Bernard Shaw rejoignent même le mouvement – et, de manière plus générale, contre la politique conservatrice et xénophobe de l’Amérique, alors terre promise pour de nombreux aspirants à l’immigration.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s